Articles Tagués ‘Smokin Joe’

Joe Frazier naît le 12 janvier 1944 à Beaufort, Caroline du Sud, dans une modeste famille de petits fermiers. La vie est dure. Non contents d’exploiter la petite parcelle familiale, les Frazier font des heures sup’ chez les riches fermiers blancs du voisinage. Adolescent, Joe découvre la boxe en regardant les combats du grand Joe Louis à la télévision. Il passe de longues heures à frapper sur un sac qu’il a lui-même rempli de briques, de foin et de vieux vêtements.

Beaufort-Philadelphie-Tokyo

Lassé des structures archaïques du vieux sud raciste et décidé à se faire une place sur les rings, il ne tarde pas à jeter le baluchon sur l’épaule pour gagner Philadelphie, la Mecque du noble art. Il a 15 ans quand il franchit le pas d’une des nombreuses salles de la ville. Très vite, il enchaîne les KOs, semant la terreur dans les rangs amateurs. En 1964, il remplace au pied levé Buster Mathis, blessé, et représente l’Amérique aux JO de Tokyio. Des 12 boxeurs de l’équipe olympique, il est le seul à ramener la médaille d’or malgré un pouce fracturé en demi-finale.

Ses débuts professionnels ne soulèvent pas l’enthousiasme : trop petit, trop léger, disent les puristes. L’enchaînement des KOs fait taire les sceptiques et, le 18 février 1970, il devient champion du monde des poids lourds en arrêtant Jimmy Ellis au 5ème. Le scénario est bien rôdé, Joe coupe le ring, asphyxie son adversaire et clôt le spectacle avec son crochet du gauche. (suite…)

Publicités

Joe Frazier est mort lundi, à Philadelphie, des suites d’un cancer du foie. A 67 ans, un grand champion nous a quitté, une légende de la boxe.

Smokin’ Joe a disputé 37 combats (32 victoires dont 27 par KO, 4 défaites, 1 nul). Il est devenu champion olympique des poids lourds à Tokyo en 1964 puis champion du monde de 1970 à 1973.

Joe Frazier est surtout connu pour la trilogie de combats qu’il a disputé contre Mohamed Ali. Cette rivalité a marqué à jamais leurs carrières respectives.

De 1971, date de leur première rencontre, jusqu’en 1975, l’opposition a fait fureur sur le ring comme à la ville. Sage et réservé, Frazier a encaissé les provocations de son rival, Ali traçant de lui un portrait extrêmement vexatoire. Il est le gentil noir un peu attardé (« le Gorille ») et obséquieux à l’égard des Blancs (« l’Oncle Tom »).

Sur le ring, c’est une autre histoire. Le 8 mars 1971, au Madison Square Garden de New York, Joe Frazier est le premier homme à battre Ali. Il l’emporte sur décision au terme des 15 rounds non sans avoir – à la dernière reprise – envoyé son rival à terre d’un énorme crochet du gauche. Le combat a été si violent qu’ils finissent tous les deux la nuit à l’hôpital.

En 1974, toujours au Madison Square Garden, Ali prend sa revanche en l’emportant sur décision mais c’est le dernier volet de la trilogie qui marque l’histoire. (suite…)