Articles Tagués ‘Shane Mosley’

Floyd Mayweather encore au sommet de son art

C’est une nuit de boxe qui rappelle les meilleurs moments de ce sport, ceux où la magie des combats réveillent nos instincts et excitent nos sens, où le courage et la détermination des boxeurs soulèvent nos cœurs, où la richesse du spectacle et le délire de la foule évoquent le plaisir intemporel des jeux romains.

Pour inaugurer les festivités, le bon vieux Carlos Quintana a posé ses « cojones » de portoricain sur le ring. Opposé à un jeune challenger, Deandre Latimore, Quintana a rappelé qui était le patron. Pendant 6 rounds, les deux gauchers ont livré un combat largement dominé par le latino qui s’était mis la pression tout seul en annonçant qu’il prendrait sa retraite en cas de défaite.

Il a décidé qu’il n’était pas encore l’heure de raccrocher les gants lorsqu’il lance un gauche ravageur sur la mâchoire de son adversaire. Latimore titube et s’écroule. La soirée commence bien pour les portoricains et Cotto goûte la victoire de son compadre depuis le deuxième rang des tribunes, accompagné de sa superbe femme. (suite…)

Oui, le combat est diffusé sur Canal comme au bon vieux temps des Tyson, Holyfield et consorts. Que les abonnés sortent les madeleines et remontent leurs montres, le spectacle cathodique commence à 3h du matin.

Lire Dr Floyd, Mr Mayweather.

Nuit blanche ou réveil aux aurores ? Tout est affaire de stratégie car si la retransmission débute à 3h, elle devrait s’étaler sur plusieurs heures au gré des rounds et des KOs.

A vos calculettes ! (suite…)

A 21 ans, Saul Canelo Alvarez (39 victoires dont 29 par KO, 1 nul) est en avance sur ses temps de passage. Le grand espoir mexicain progresse par paliers. Après Carlos Baldomir, Ryan Rhodes et Kermit Cintron, il s’attaquera à une autre vieille gloire, Sugar Shane Mosley, le 5 mai prochain à Las Vegas.

Dans une vidéo d’une quinzaine de minutes, HBO, diffuseur du combat, raconte sa préparation à Big Bear, Californie.

Mention spéciale à l’entraîneur du champion, Chepo Reynoso, auteur-compositeur-interprète de talent…

nicolas@zeisler.fr

Samedi dernier, Manny Pacquiao a conservé sa ceinture WBO des poids welters en battant Shane Mosley dans un combat à sens unique.

Une victoire en demi-teinte obtenue devant un adversaire vieillissant qui a fui l’affrontement pendant 12 rounds. Une victoire qui conforte malgré tout la place de Manny Pacquiao au panthéon du noble art : une série en cours de 15 victoires depuis sa dernière défaite, en 2005 contre Erik Morales, des titres de champion du monde dans 8 catégories de poids différentes et d’impressionnantes batailles remportées contre les plus grands : Oscar De La Hoya, Erik Morales, Juan Manuel Marquez, Marco Antonio Barrera, Ricky Hatton, Miguel Cotto,…

Pour marquer le coup, CultureBoxe a interrogé des compatriotes du champion : Karen Grace Marquez et Don Nod del Rosario, deux communicants philippins rencontrés à Phnom Penh. (suite…)

Cela aura pu être Juan Manuel Marquez (52-5-1, 38 KOs), le dernier boxeur à avoir posé de sérieux problèmes à Manny Pacquiao (52-3-2, 38 KOs), en 2008, ou Andre Berto (27-0, 21 KOs), invaincu et dans la force de l’âge.

Las, le 7 mai prochain à Las Vegas, le meilleur boxeur du monde affrontera Sugar Shane Mosley (46-6-1, 39 KOs), qui reste sur deux performances suspectes : une très nette défaite contre Floyd Mayweather et un nul vraiment nul contre Sergio Mora.

Entendons-nous bien, le Mosley du début du siècle, celui qui avait battu deux fois Oscar De La Hoya, aurait représenté une réelle menace pour Pacquiao. Le 7 mai, à bientôt 40 ans, il repartira sans doute avec un aller simple sur Philippine Airlines direction la maison de retraite.

Pour les fans, la désignation de Papy Mosley est une bien triste nouvelle. Pacquiao – trop rapide, trop puissant – n’en fera qu’une bouchée. Bob Arum et les équipes d’HBO ont cinq mois pour nous convaincre du contraire. (suite…)

Oscar De La Hoya l’avait annoncé : hier soir au Staples Center de Los Angeles, Victor (Ortiz) et Canelo (Alvarez) deviendraient peut-être des hommes (cf. Un combat pour devenir un homme). Bien vu : les deux espoirs se sont nettement imposés par KO.

Saul Canelo Alvarez (34-0-1, 26 KOs) bat Carlos Balmodir (45-13-6, 14 KOs) par KO au 6e.

Alvarez a brillé, franchissant avec brio une nouvelle étape dans sa progression vers les sommets. Carlos Baldomir, un rugueux argentin de 39 ans, n’avait pas été arrêté depuis 1994. C’est chose faite par Canelo qui a remporté les 5 premiers rounds sans trop s’exposer avant d’accélérer au 6e avec des combinaisons redoutables au corps et à la face.

(suite…)

T'as le style Victor !Samedi soir aura lieu une réunion de boxe très attendue au Staples Center de Los Angeles avec pour combat phare l’affrontement entre Shane Mosley et Sergio Mora. Pourtant, les vrais enjeux de la soirée reposent sur les épaules de deux jeunes boxeurs : Saul « Canelo » Alvarez (33-0-1, 25 kOs) et Victor « Vicious » Ortiz (27-2, 21 KOs). Petits protégés d’Oscar de la Hoya, ils portent depuis quelques temps les espoirs de nombreux observateurs voire de tout un peuple dans le cas du mexicain Alvarez.

Incontestablement doués pour un art qu’ils ont tous les deux appris très jeunes, Saul et Victor présentent d’exceptionnelles qualités techniques associées à un mental solide. Loin de l’image des boxeurs extravagants, ils représentent plutôt le genre du sportif humble, soucieux de soigner son attitude sur et en-dehors du ring.

Mais qui dit absence de folie dit aussi absence de génie et les deux salariés du Golden Boy restent de très bons élèves sans jamais nous faire rêver à de nouveaux grands champions du ring. Ils devront faire leurs preuves face à des adversaires coriaces et bûcher dur pour graver leurs noms dans nos esprits.

Les adversaires qui les attendent ce samedi sont donc de véritables occasions à ne pas manquer, un rituel de passage. En effet, les jeunots s’attaquent à deux « vieux » lascars qui rêvent de briller pour leurs barouds d’honneurs.

(suite…)