Articles Tagués ‘poids lourds’

L’enfant Mike boit les paroles de Cus l’ancien…

Le Convention Hall d’Atlantic City est à la boxe ce qu’un hall de banque est au combat de coqs : vraiment pas le lieu idéal. C’est ici qu’en 1954 Lyndon Johnson fut désigné candidat démocrate pour l’élection présidentielle. Deux gros plans de son visage encadraient la tribune sur vingt mètres de haut. La salle faisait penser au couronnement d’un dictateur.

Aujourd’hui, en cette nuit du 27 Juin 1988 on avait installé des milliers de sièges sur l’immense plancher. Rien qu’au dix-septième rang, les gens avaient payé quinze cents dollars pour assister au championnat du monde des poids lourds, Tyson contre Spinks.

Le match n’en finissait pas de commencer. On présentait chaque célébrité pendant un quart d’heure et cela consolait tous les joueurs de casino qui avaient investi à la dernière minute une partie de leurs gains dans un billet pour une place tout au fond. Suivre un combat de boxe après le dix-septième rang, c’est comme observer par la fenêtre un couple en train de faire l’amour de l’autre côté de la rue. (suite…)

Pour beaucoup d’amateurs de boxe, George Foreman est célèbre pour avoir perdu le plus retentissant combat de tous les temps face à Mohamed Ali, une nuit d’octobre 1974. Et pourtant, lorsqu’il monte sur le ring de Kinshasa, Foreman ne manque pas d’arguments à faire valoir : médaillé d’or olympique aux Jeux de Mexico, il est invaincu en quarante combats, la plupart conclus par K.O. avant la cinquième reprise. En janvier 1973, il est devenu champion du monde des lourds en envoyant Joe Frazier six fois au tapis. « Smokin’ Joe » et son exceptionnel crochet du gauche, premier homme à coucher Ali, n’a rien pu faire face à l’allonge et la puissance titanesque du natif de Houston.

 

(suite…)

Un entretien réalisé par Helmut Sorge et tiré du livre Greatest of all time, éditions Taschen, 2003.

Foreman parle d’Ali et de « Rumble in the Jungle » – 1/3

Foreman parle d’Ali et de « Rumble in the Jungle » – 2/3

Diriez-vous qu’il vous a battu physiquement et mentalement ?

Physiquement, je me suis fait tabasser. Une, deux, boum. Fin de la discussion. Bien entendu, une fois le combat terminé, on cherche des excuses. Les cordes étaient trop lâches. Le tapis n’était pas bien tendu. On a mis des trucs dans la bouffe. Mais à quoi ça rime ? Pure jalousie. Il était grand, voilà tout. On ne pouvait pas le terrasser physiquement. Alors les gens on essayé de ternir son succès.

Quelle importance revêtait pour vous la couronne mondiale des poids lourds ?

Quand je l’ai perdu, c’était comme si j’avais perdu la virilité, ma masculinité, mon identité.

Votre identité ?

Bon, d’accord, le sens de moi-même. Quelque chose se passe quand l’arbitre soulève votre bras et dit : « Champion du monde ! » Cela vous transforme spirituellement. Vous grandissez dans le rôle du champion du monde, sachant que vous êtes l’homme le plus coriace, le plus fort du monde. Le champion. Le chef. Ca flatte votre vanité. Puis, soudain, on vous enlève le titre. Et les mêmes personnes, qui vous craignaient et vous respectaient, se mettent tout d’un coup à vous plaindre. « Pauvre George« , disent-ils pour vous consoler. « Ne t’en fais pas, un jour tu récupéreras ton titre« . Je me sentais détruit, émasculé. (suite…)

Mormeck …

Tout le donnait perdant. Tout, à un détail près. On parle de boxe. Un sport où tout est possible, où la détermination crée parfois la surprise. Cela n’a pas été le cas : Wladimir a été fidèle à lui-même, l’agressivité en plus, et le français est tombé au 4e round sans jamais l’avoir inquiété. 

La journée avait pourtant bien commencé. Düsseldorf est une ville plutôt accueillante avec ses pubs, ses restaurants et son quartier historique. En ville aucune trace du combat. On a du mal à imaginer que 50 000 personnes vont se presser devant l’Esprit Arena. Pas d’affiches et encore moins de supporters dans les rues. Le quotidien national réserve un quart de page à l’évènement.

On questionne un passant.

– Vous êtes au courant pour ce soir ?

– Heu non…

– On est venu supporter Mormeck pour son combat !

– Qui ça ?

– Le combat de Klitschko !

– Ah oui, il a déjà combattu quelques fois ici. C’est une énorme machine à fric.

– Et pourquoi ici à Düsseldorf ?

– Peut-être parce qu’il y a une petite communauté d’ukrainiens en ville. Mais la majorité des fans sont allemands, et ils sont très nombreux.

Et effectivement, ils sont venus en nombre. Après avoir goûté aux spécialités locales (houblon, saucisses) on se dirige vers le stade. Impressionnant ! Le public est très varié. Plutôt qu’au connaisseur de boxe on a affaire à monsieur tout le monde. On vient en famille avec maman et petite sœur. Rigueur allemande oblige, les portes ouvrent à 19h pétantes et laissent entrer une foule ordonnée. De nombreux stands proposent des produits dérivés à l’effigie de la star ukrainienne : tee-shirts, posters, gants… Les supporters ne viennent pas voir un combat, ils viennent admirer un Klitschko. (suite…)

Foin de Dusseldorf, Cultureboxe envahit la Taverne du Croissant, Paris 9ème, pour un compte rendu minuté.

22h30. Pressentant une organisation à la ponctualité teutonne, les amateurs de noble art, pinte en main, attendent le début du combat avec la patience d’un paysan du Danube.

Les bookmakers condamnent Jean-Marc Mormeck. Wladimir Klitschko est donné gagnant à 1,01. Un placement sûr. Prends ça le livret A.

22h50. Orange Sport investit les écrans de la Taverne. Premières images du Français. Jogging gris, il enfile ses bandes, l’air pensif.

23h03. Marcel floqué JMM, le challenger fait son entrée, regard soucieux. On compatit. On communie. Le moment est historique. Après Georges Carpentier et Lucien Rodriguez, Jean-Marc Mormeck est le troisième français à tenter de conquérir la ceinture de champion du monde des lourds. (suite…)

Non le match n’est pas diffusé sur Canal. Il va falloir s’y faire, la chaîne cryptée continue de s’éloigner de ses premières amours pugilistiques. Ce soir, ça se passe sur Orange Sport. Pour les non abonnés, voici quelques astuces pour être de la partie.

Première piste : « la roulette ukrainienne »

Vous êtes portés sur les trèfles à quatre feuilles et les pattes de lapins ? Tentez de gagner un pass pour regarder le combat gratuitement sur le site d’Orange Sport. Pour jouer, cliquez ICI. Un « lucky punch » est si vite arrivé… (suite…)

Pendant plusieurs semaines TRACE Sports a suivi la préparation du boxeur français pour son championnat du monde des poids lourds face à Wladimir Klitschko.

Un programme intense dans l’intimité d’un des plus grands champions français en activité.

Diffusion sur TRACE Sports le Vendredi 2 mars à 21h et le Samedi 3 mars à 18h15.

Pour mémoire, ce soir, Jean-Marc Mormeck affrontera Wladimir Klitschko à Dusseldorf. L’enjeu : devenir le premier français champion du monde dans la catégorie reine. Diffusion : Orange Sport à partir de 23h.

nicolas@zeisler.fr