Articles Tagués ‘oscar de la hoya’

1. The Greatest Mohamed Ali

ali

Alzheimer ou pas, le plus grand boxeur de tous les temps n’aurait pas tremblé cartes en main. Inventeur du trash talking, bien avant que cela ne devienne commun autour des tables de poker, Ali est passé maître en terme de guerre des nerfs. George Foreman peut en témoigner. Lors de leur avant match zaïrois de 1974, Ali prend l’ascendant psychologique en inventant chaque jour un nouveau poème pour moquer son adversaire et rallier le soutien du public. Sur le ring, dos aux cordes pendant 8 rounds, il accueille les coups de massue de Foreman d’un « tu cognes comme une fillette » bien senti. Furieux et habitué à conclure ses combats en un ou deux rounds, celui-ci finit de s’épuiser avant qu’Ali ne le cueille d’une série au visage pour l’envoyer au tapis et reconquérir la ceinture de champion du monde des poids lourds. Fameux coup de poker. (suite…)

Publicités

Oscar De La Hoya se confie sur son addiction à l’alcool et à la cocaïne, ses infidélités et ses penchants suicidaires.

Plus d’infos sur ODLH : From East L.A. « The Golden Boy » Oscar De La Hoya.

nicolas@zeisler.fr

Canelo, chaud bouillant pour 2011

Publié: 14 décembre 2010 par Nicolas Zeisler dans C'est notre pote
Tags:, ,

Saul Canelo Alvarez (35 victoires dont 26 par KO, 1 nul) ne va pas chômer en 2011. Golden Boy Promotions qui s’occupe de ses intérêts, a prévu de le faire combattre quatre fois, trois fois aux Etats-Unis et une fois dans son Mexique natal.

Le prochain combat est prévu en mars et le Mexicain roux devrait, comme d’habitude, se frotter à plus expérimenté que lui. L’invaincu ukrainien Viacheslav Senchenko (31-0, 20 KOs) et Matthew Hatton (41-4-2, 16 KOs), petit frère de Ricky, sont parmi ses adversaires potentiels.

Oscar De La Hoya, président de Golden Boy, place de grands espoirs sur le jeune homme de 20 ans et son potentiel à conquérir le marché américain.

L’idée c’est de combattre quatre fois l’année prochaine dont trois fois ici aux États-Unis pour de grands combats. Il (Canelo) veut s’installer à Los Angeles, apprendre l’anglais et développer sa carrière aux États-Unis. Il veut devenir une superstar ici aussi. Conquérir le coeur des Américains comme il a conquis celui des Mexicains. (suite…)

Ça clash entre Oscar De La Hoya et Antonio Margarito.

Suite à l’affaire des bandes plâtrées (voir Vous reprendrez bien une petite Margarito), le Golden Boy avait réclamé le bannissement définitif du mexicain.

Oscar en a toujours gros sur la patate d’autant que Margacheato a récupéré depuis peu une licence qui lui permettra de boxer Manny Pacquiao le 13 novembre prochain à Dallas.

Attention, ça balance !

Dans le coin gauche, Oscar De La Hoya :

Je suis énervé : nous les boxeurs risquons notre vie sur le ring et c’est déjà bien assez dangereux avec les gants et les bandes que nous portons. Si tu ajoutes quelque chose dans le gant, ça devient encore plus dangereux et tu risques la vie de quelqu’un. Je suis énervé, on lui a donné la licence, c’est leur problème (Oscar parle de la Commission du Texas) et je ne peux plus rien y faire !

(suite…)

T'as le style Victor !Samedi soir aura lieu une réunion de boxe très attendue au Staples Center de Los Angeles avec pour combat phare l’affrontement entre Shane Mosley et Sergio Mora. Pourtant, les vrais enjeux de la soirée reposent sur les épaules de deux jeunes boxeurs : Saul « Canelo » Alvarez (33-0-1, 25 kOs) et Victor « Vicious » Ortiz (27-2, 21 KOs). Petits protégés d’Oscar de la Hoya, ils portent depuis quelques temps les espoirs de nombreux observateurs voire de tout un peuple dans le cas du mexicain Alvarez.

Incontestablement doués pour un art qu’ils ont tous les deux appris très jeunes, Saul et Victor présentent d’exceptionnelles qualités techniques associées à un mental solide. Loin de l’image des boxeurs extravagants, ils représentent plutôt le genre du sportif humble, soucieux de soigner son attitude sur et en-dehors du ring.

Mais qui dit absence de folie dit aussi absence de génie et les deux salariés du Golden Boy restent de très bons élèves sans jamais nous faire rêver à de nouveaux grands champions du ring. Ils devront faire leurs preuves face à des adversaires coriaces et bûcher dur pour graver leurs noms dans nos esprits.

Les adversaires qui les attendent ce samedi sont donc de véritables occasions à ne pas manquer, un rituel de passage. En effet, les jeunots s’attaquent à deux « vieux » lascars qui rêvent de briller pour leurs barouds d’honneurs.

(suite…)

Il se passe des choses au Mexique. Le fils Chavez (41-30 KOs-0-1), placé sous la tutelle de Freddie Roach, se voit pousser des ailes depuis sa dernière sortie victorieuse face à l’irlandais John Duddy (29-18 KOs-2).

Première étape, le rugueux polonais Pawel Wolak (27-17 KOs-1) pour une rencontre prévue à Culiacan, Sinaloa, Mexique, le 11 septembre prochain. Une fois l’obstacle franchi, le fils de la légende aimerait ENFIN passer à la vitesse supérieure.

Premier sur la liste, le champion WBA des super welters, Miguel Cotto. De fait, tous les jeunes loups meurent d’envie de défier la star portoricaine, bien plus prenable depuis ses deux défaites par KO contre Margarito et Pacquiao. Gare tout de même à l’effet Emmanuel Steward, sous la houlette duquel Cotto vient de remporter une solide victoire contre l’israélien Yuri Foreman.

(suite…)

And the winner is ?

Il y a 10 jours, j’avais mis en ligne le sondage MANNY ou FLOYD ?

L’heure des résultats a sonné et, prenant le contre-pied des spécialistes plutôt pro-floyd, les lecteurs de Cultureboxe se sont clairement prononcés en faveur de Manny Pacquiao.

68% des sondés ont choisi le Philippin ; 32% l’Américain.

Moi-même je dois avouer avoir donné mon vote à « Pacman« . Objectivement, Floyd aurait dû recueillir plus de suffrages : il est invaincu, plus grand et c’est un welter naturel…

(suite…)