Articles Tagués ‘Mort sur le ring’

Drôle de ville que le New York d’après guerre. Multiculturel, irlandais, juif et italien. Un Eldorado où tout semble encore possible, où les fortunes se font en un jour ou presque.

Au début des années 50, l’enfant Emile Griffith, originaire des Îles Vierges, débarque pour croquer la pomme. C’est le temps de la débrouille. A 15 ans, l’adolescent officie comme garçon de course chez un fabricant de chapeaux.

Une après-midi brûlante, il tombe la chemise devant le fils du patron. Épaté par la musculature du jeune caribéen, ce dernier le traîne aussitôt à la salle du quartier et l’invite à enfiler les gants. Pris en main par Gil Clancy, formateur réputé, le novice échoue cinq mois plus tard en finale des Golden Gloves. Il s’impose l’année suivante, à sa seconde tentative. Prudents, ses partenaires d’entraînement – même les plus chevronnés – hésitent à se frotter à lui.

Griffith est un boxeur redoutable. Sa vitesse de bras est supersonique, son jab tranchant et son punch plus qu’honnête. Passé pro, il ne lui faut que trois ans pour obtenir une première chance mondiale. (suite…)

Publicités

Le 1er octobre 1975, à Manille, Mohamed Ali et Joe Frazier s’affrontent pour la troisième fois. En 1971, Smokin’ Joe a été le premier homme à battre Ali. En 1974, ce dernier a pris sa revanche, déclaré vainqueur par les juges au terme de douze rounds disputés. Les deux hommes prétendent avoir remporté les deux combats et se vouent une haine farouche.

LE COMBAT LE PLUS VIOLENT

Leur animosité accouche, aux Philippines, du combat le plus violent de l’histoire de la boxe.

A son coin, Ali confie : « Vous aurez jamais vu la mort d’aussi près » tandis que quelques années plus tard, Frazier déclare : « C’était pas un combat, c’était la guerre« .

L’extrême violence qui se déploie ce soir-là n’est pas le fruit du hasard. Les destins des deux hommes se sont croisés plusieurs fois, pour le meilleur et pour le pire. (suite…)