Articles Tagués ‘Miguel Cotto’

gennady-golovkin-vs-marco-antonio-rubio-12-photo-by-naoki-fukuda

Boum ! Hier soir au StubHub Center de Carson, Californie, Gennady Golovkin a scoré un 28e KO en 31 combats. Marco Antonio Rubio (57 victoires, 7 défaites, 1 nul) s’était pourtant présenté confiant en conférence de presse. Le « vrai » mexicain, c’était lui et il allait le démontrer. Le droit du sang, en somme. (suite…)

Publicités

martinez et nous

Le 7 juin dernier, Miguel Cotto passait une belle peignée à Sergio Martinez, arrêté au 10e round après avoir encaissé une ribambelle de crochets du gauche. Une défaite qui lui est restée sur l’estomac. Le manager uruguayen Sampson Lewkowicz, proche du boxeur, confirme :

Il va très mal. Il dit qu’il ne dort pas la nuit. Il voit un psychologue, il ne sait pas quoi penser de cette défaite. Il dit que cette nuit là (contre Cotto), il n’était pas lui-même, qu’il ne sait pas ce qui lui est arrivé et que c’est pour ça qu’il voit un psy, pour comprendre cette défaite. Il dit qu’il ne peut pas vivre sans savoir s’il est vraiment fini ou s’il en a encore dans le ventre.

Sinistre. (suite…)

Maravilla_un_luchador_Maravilla_la_pelicula-419963267-large

Sergio Maravilla Martinez voit le jour le 21 février 1975 à Quilmes, province de Buenos Aires. Depuis, il refuse de se faire mettre en bouteille.

À 8 ans, il enfourche son premier tricycle, promesse d’une personnalité tout-terrain. Mais l’appel du potrero est plus fort. Diagonale au cœur, Sergio précise : « tout Argentin rêve d’être Maradona ».

Il sera plutôt Monzon ou Locche. Sur le tard, certes, mais il ne lui faut que 3 mois pour disputer ses premiers rounds d’amateur. Tout s’enchaîne à merveille. Martinez cogne dur et bouge vite. On le fuit comme la peste. (suite…)

Le Cottocat

Publié: 9 juin 2014 par CULTUREBOXE dans On aime ça
Tags:, , , ,

cottocat-Sendon

Par Gabriel Sendon.

miguel-cotto-vs-sergio-martinez-02-photo-by-naoki-fukuda

Miguel Cotto a beau être un petit bonhomme, c’est Sergio Martinez qui a les genoux en mousse. Dur pour un type dont la boxe repose sur le mouvement permanent et le jeu de jambes qui va avec.

La soirée d’hier au Madison Square Garden vaut tous les diagnostics médicaux : ses jambes ne le portent plus. En témoigne le festival de chutes et de glissades observé pendant 10 rounds et tout particulièrement cette première reprise catastrophe qui a vu l’Argentin mordre trois fois la poussière.

Un chemin de croix pour Martinez, une victoire de choix pour Cotto(suite…)

Floyd Mayweather encore au sommet de son art

C’est une nuit de boxe qui rappelle les meilleurs moments de ce sport, ceux où la magie des combats réveillent nos instincts et excitent nos sens, où le courage et la détermination des boxeurs soulèvent nos cœurs, où la richesse du spectacle et le délire de la foule évoquent le plaisir intemporel des jeux romains.

Pour inaugurer les festivités, le bon vieux Carlos Quintana a posé ses « cojones » de portoricain sur le ring. Opposé à un jeune challenger, Deandre Latimore, Quintana a rappelé qui était le patron. Pendant 6 rounds, les deux gauchers ont livré un combat largement dominé par le latino qui s’était mis la pression tout seul en annonçant qu’il prendrait sa retraite en cas de défaite.

Il a décidé qu’il n’était pas encore l’heure de raccrocher les gants lorsqu’il lance un gauche ravageur sur la mâchoire de son adversaire. Latimore titube et s’écroule. La soirée commence bien pour les portoricains et Cotto goûte la victoire de son compadre depuis le deuxième rang des tribunes, accompagné de sa superbe femme. (suite…)

Oui, le combat est diffusé sur Canal comme au bon vieux temps des Tyson, Holyfield et consorts. Que les abonnés sortent les madeleines et remontent leurs montres, le spectacle cathodique commence à 3h du matin.

Lire Dr Floyd, Mr Mayweather.

Nuit blanche ou réveil aux aurores ? Tout est affaire de stratégie car si la retransmission débute à 3h, elle devrait s’étaler sur plusieurs heures au gré des rounds et des KOs.

A vos calculettes ! (suite…)