Articles Tagués ‘mexique’

canelo alvarez-angulo

Un combat opposant deux mexicains promet toujours une belle prise de bec. Une affaire de suprématie nationale. Une lutte sans merci pour réchauffer les braises des pères de la nation : Julio Cesar Chavez, Salvador Sanchez & Co.

Ce soir, le choc entre Saul Canelo Alvarez (42-1-1) et Alfredo El Perro Angulo (22-3) oppose deux hommes en quête de rédemption.

La Cannelle, tout juste déniaisé par Floyd Mayweather, doit prouver qu’il a encaissé la perte de son invincibilité. En face, on peut compter sur Angulo pour taper fort dans tout ce qui bouge. (suite…)

Publicités

Mexico, el país de las maravillas

Publié: 14 décembre 2013 par Nicolas Zeisler dans On aime ça
Tags:, , , , , ,

Pour les hispanophones, les paroles valent leur pesant de cacahuètes. Le groupe s’appelle El Baston.

Crédits : Bad Left Hook

1 soirée, 2 combats, 3 Mexicains, 1 Argentin. Sergio Martinez, le Bon, la Brute et le Truand.

Le « caracara » cher à la mythologie aztèque plane sur l’horizon de Sergio Martinez (49 victoires dont 28 K-O, 2 défaites et 2 nuls). L’Argentin défie ce soir Julio Cesar Chavez Jr (46 victoires dont 32 K-O, 1 nul) sur le ring du Thomas & Mack Center de Las Vegas. En cas de victoire, il est fort probable qu’il retrouve le vainqueur du choc opposant au même moment et à quelques pâtés de casinos, le jeune prodige mexicain Saul Canelo Alvarez (40 victoires dont 29 K-O, 1 nul) à son compatriote Josesito Lopez (30 victoires dont 18 K-O, 4 défaites).

A 37 ans, Martinez est le plus expérimenté du lot. Tombeur de Kelly Pavlik et de Paul Williams, il pointe au quatrième rang du classement The Ring des meilleurs boxeurs toutes catégories confondues. Avec sa boxe peu académique tendance Nicolino Locche, il promet l’enfer à Julio Cesar Chavez Jr dit le Bon. (suite…)

Le 15 septembre, Sergio Martinez, brillant champion du monde des Moyens, et Julio Cesar Chavez Jr, fils de la légende mexicaine, ont rendez-vous sur le ring du Thomas & Mack Center de Las Vegas.

Il y a un an l’annonce du choc, aurait soulevé une vague d’indifférence et quelques haussements d’épaules. Le formidable travail de Freddie Roach et une nouvelle hygiène de vie ont rebattu les cartes et transformé le fils Chavez en challenger digne de ce nom.

Mais attention, l’Argentin en a vu d’autres. Mitraillé par une armada de journalistes, Martinez a livré une prestation détonante et prouvé qu’il ne manquait pas de punch, même devant les micros. (suite…)

A 21 ans, Saul Canelo Alvarez (39 victoires dont 29 par KO, 1 nul) est en avance sur ses temps de passage. Le grand espoir mexicain progresse par paliers. Après Carlos Baldomir, Ryan Rhodes et Kermit Cintron, il s’attaquera à une autre vieille gloire, Sugar Shane Mosley, le 5 mai prochain à Las Vegas.

Dans une vidéo d’une quinzaine de minutes, HBO, diffuseur du combat, raconte sa préparation à Big Bear, Californie.

Mention spéciale à l’entraîneur du champion, Chepo Reynoso, auteur-compositeur-interprète de talent…

nicolas@zeisler.fr

Samedi soir Manny Pacquiao a battu Juan Manuel Marquez aux points, à l’issu de 12 rounds disputés. Le verdict des juges (116-112, 115-113 et 144-114) a immédiatement été contesté par un public frondeur.

Voir le combat sur tout-sur-la-boxe.net.

Bien qu’excessives, les huées du Madison Square Garden ont révélé une frustration tout à fait compréhensible. En revoyant le combat, CultureBoxe a scoré le nul, 114-114.

Le verdict a soulevé une impressionnante vague d’indignation en terre aztèque.

E-micro-trottoir

Chester, boxeur pro : « Marquez a donné une leçon de boxe à Pacquiao et ça, le philippin le sait : il n’a pas levé les bras à la fin du combat. Il y avait beaucoup d’argent en jeu, l’argent des paris. Marquez savait qu’il devait mettre Pacquiao KO sans quoi il allait se faire voler ».

Dany, actrice à la TV et au théâtre : « Pacquiao n’a rien fait, Marquez s’est fait voler. Quelle tristesse qu’un sport si beau soit souillé par tant de combats vendus. » (suite…)

Le 12 juin, le légendaire Julio Cesar Chavez sera intronisé au Hall of Fame, le panthéon de la boxe mondiale. Samedi, c’est son fils qui tentera d’embrasser le destin paternel en combattant pour son premier titre de champion du monde. Destins croisés.

Ils portent le même nom, mais un monde les sépare. En 25 ans de carrière, dont 14 d’invincibilité, Julio Cesar Chavez Senior s’est forgée une réputation qui dépasse les frontières du Mexique. Avec 113 combats professionnels, 107 succès dont 89 par K.O, six courronnes mondiales… la liste de ses faits d’armes est aussi longue que celle des escroqueries de Don King. Et dans le coeur des fans, son héritier n’a pas encore inscrit ses lettres de noblesse.

« C’est surtout parce qu’il n’a fait aucune carrière amateur, comme De la Hoya ou les autres boxeurs mexicains, confie un ancien participant du célèbre tournoi des Guantes de Oro. Et puis, chez les professionnels, il a boxé contre la lie des combattants mexicains, des chauffeurs de taxi obèses et j’en passe. »

Lire la suite sur Le Ring & la Plume.