Articles Tagués ‘Maravilla’

Maravilla_un_luchador_Maravilla_la_pelicula-419963267-large

Sergio Maravilla Martinez voit le jour le 21 février 1975 à Quilmes, province de Buenos Aires. Depuis, il refuse de se faire mettre en bouteille.

À 8 ans, il enfourche son premier tricycle, promesse d’une personnalité tout-terrain. Mais l’appel du potrero est plus fort. Diagonale au cœur, Sergio précise : « tout Argentin rêve d’être Maradona ».

Il sera plutôt Monzon ou Locche. Sur le tard, certes, mais il ne lui faut que 3 mois pour disputer ses premiers rounds d’amateur. Tout s’enchaîne à merveille. Martinez cogne dur et bouge vite. On le fuit comme la peste. (suite…)

Sergio Maravilla Martinez (45-2-2, 24 KOs) et Paul The Punisher Williams (39-1, 27 KOs) se sont déjà rencontrés le 5 décembre 2009 à Atlantic City. Ils avaient alors offert l’un des plus beaux combats de l’année, l’américain s’imposant aux points après que les deux hommes sont allés au tapis lors de la première reprise.

Malgré la défaite, Sergio Martinez avait impressionné, signant une prestation de haut vol bien mal récompensée par les juges. Pas découragé, il dépossédait, quelques mois plus tard, Kelly Pavlik de ses ceintures WBC et WBO des poids moyens.

Pendant ce temps-là, Paul Williams battait Kermit Cintron de manière curieuse : après 4 rounds serrés, le portoricain se jettait littéralement hors du ring pour ne pas reprendre le combat.

(suite…)

Pas d’angoisse de la page blanche qui tienne quand il s’agit d’écrire sur le Noble art : les boxeurs sont des types formidables et leur parcours mérite d’être couché sur papier.

Prenons l’argentin Sergio Maravilla Martinez, champion WBC des moyens. A 34 ans, il compte 44 victoires – 24 KOs -, 2 nuls et 2 défaites, l’une contestable contre Paul Williams, l’autre par KO face à Antonio Margarito.

Sergio Martinez est un pur gaucher qui fait tourner ses adversaires en bourrique. Evasif, ses contres sont redoutables : Kelly Pavlik, sa dernière victime, qui a terminé leur duel défiguré, peut en témoigner.

Mais surtout, le gaucho installé à Madrid est un original. Thomas Hauser de Ringtv.com rapporte quelques échanges étonnants.

(suite…)