Articles Tagués ‘julio cesar chavez Jr’

Crédits : Bad Left Hook

1 soirée, 2 combats, 3 Mexicains, 1 Argentin. Sergio Martinez, le Bon, la Brute et le Truand.

Le « caracara » cher à la mythologie aztèque plane sur l’horizon de Sergio Martinez (49 victoires dont 28 K-O, 2 défaites et 2 nuls). L’Argentin défie ce soir Julio Cesar Chavez Jr (46 victoires dont 32 K-O, 1 nul) sur le ring du Thomas & Mack Center de Las Vegas. En cas de victoire, il est fort probable qu’il retrouve le vainqueur du choc opposant au même moment et à quelques pâtés de casinos, le jeune prodige mexicain Saul Canelo Alvarez (40 victoires dont 29 K-O, 1 nul) à son compatriote Josesito Lopez (30 victoires dont 18 K-O, 4 défaites).

A 37 ans, Martinez est le plus expérimenté du lot. Tombeur de Kelly Pavlik et de Paul Williams, il pointe au quatrième rang du classement The Ring des meilleurs boxeurs toutes catégories confondues. Avec sa boxe peu académique tendance Nicolino Locche, il promet l’enfer à Julio Cesar Chavez Jr dit le Bon. (suite…)

Publicités

Le 15 septembre, Sergio Martinez, brillant champion du monde des Moyens, et Julio Cesar Chavez Jr, fils de la légende mexicaine, ont rendez-vous sur le ring du Thomas & Mack Center de Las Vegas.

Il y a un an l’annonce du choc, aurait soulevé une vague d’indifférence et quelques haussements d’épaules. Le formidable travail de Freddie Roach et une nouvelle hygiène de vie ont rebattu les cartes et transformé le fils Chavez en challenger digne de ce nom.

Mais attention, l’Argentin en a vu d’autres. Mitraillé par une armada de journalistes, Martinez a livré une prestation détonante et prouvé qu’il ne manquait pas de punch, même devant les micros. (suite…)

Le 12 juin, le légendaire Julio Cesar Chavez sera intronisé au Hall of Fame, le panthéon de la boxe mondiale. Samedi, c’est son fils qui tentera d’embrasser le destin paternel en combattant pour son premier titre de champion du monde. Destins croisés.

Ils portent le même nom, mais un monde les sépare. En 25 ans de carrière, dont 14 d’invincibilité, Julio Cesar Chavez Senior s’est forgée une réputation qui dépasse les frontières du Mexique. Avec 113 combats professionnels, 107 succès dont 89 par K.O, six courronnes mondiales… la liste de ses faits d’armes est aussi longue que celle des escroqueries de Don King. Et dans le coeur des fans, son héritier n’a pas encore inscrit ses lettres de noblesse.

« C’est surtout parce qu’il n’a fait aucune carrière amateur, comme De la Hoya ou les autres boxeurs mexicains, confie un ancien participant du célèbre tournoi des Guantes de Oro. Et puis, chez les professionnels, il a boxé contre la lie des combattants mexicains, des chauffeurs de taxi obèses et j’en passe. »

Lire la suite sur Le Ring & la Plume.

Quatre fois élu Entraîneur de l’année, Freddie Roach ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.

La preuve, un programme automnal démentiel avec la préparation quasi simultanée de 4 de ses poulains favoris : Manny Pacquiao (champion WBO des poids welters, 51-3-2, 38 KOs), Amir Khan (champion WBA des super légers, 23-1, 17 KOs), Julio Cesar Chavez Jr (poids moyen, 41-0-1, 30 KOs) et Vanes Martirosyan (super welter, 28-0, 17 KOs).

Manny Pacquiao devant affronter le 13 novembre prochain le mexicain Antonio Margarito, Coach Freddie a prévu de faire d’une pierre 3 coups et d’emmener Chavez et Martiroshyan aux Philippines pour le camp d’entraînement du champion.

(suite…)

Hier soir, dans sa ville natale de Guadalajara, Saul « Canelo » Alvarez (33 victoires – 25 KOs – 1 nul) a littéralement anéanti son adversaire argentin, Luciano Cuello (26 victoires – 12 KOs – 2 défaites).

Avant d’être arrêté au 6e, le rugueux sud-américain a effectué plusieurs séjours au tapis, au 1er, 2e et 5e rounds et a laissé son nez, brisé, dans la bataille.

Canelo, qui combattait ce soir en super welters, a impressionné : son jab a labouré le visage de son rival, son travail au corps l’a plus d’une fois plié en deux et ses uppercuts n’ont pas manqué de transpercer sa garde.

(suite…)

Des débuts laborieux

Pas évident de faire son trou dans la boxe au Mexique quand Papa en est l’idole absolue.

Julio Cesar Chavez Jr a ainsi attendu son 42e combat pour gagner le respect de ses pairs (père) et des aficionados.

Il faut dire que ses 41 premières représentations (40 victoires – 30 KOs, 1 nul) ont respiré la médiocrité. Le longiligne Junior s’est longtemps entêté à reproduire la même boxe que le paternel – petit et trapu -, le talent en moins.

(suite…)

Manny a-t-il déjà affronté un roux ?

Après avoir battu par KO au 9e le grand frère du portoricain Miguel Cotto, le 1er mai dernier, notre mexicain roux a plein d’idées pour la suite.

Le 10 juillet, à Mexico City, il a rendez-vous avec l’argentin Luciano Principito Cuello : 26 victoires, 12 KOs, 1 seule défaite face à Julio Cesar Chavez Jr.

Un adversaire valeureux qui ne devrait pourtant pas inquiéter Canelo qui pointe, lui, à 32 victoires, 24 KOs, 1 nul.

C’est donc la suite qui nous intéresse. Et elle risque d’être explosive !

Lorsqu’on a demandé au mexicain s’il était chaud pour un petit sparring avec Manny Pacquiao, il a claqué un non catégorique mais s’est dit prêt à affronter le philippin dès l’année prochaine voire « dès demain s’il le faut ».

(suite…)