Articles Tagués ‘histoire des Etats Unis’

Portraits croisés de Jack Johnson, Harry Wills et Joe Louis, à l’époque de la ségrégation aux Etats-Unis.

I. Jack Johnson : l’ « impardonnable » couleur du premier champion du siècle

II. Harry Wills (1889-1958) Vivre, combattre – et mourir, à l’ombre de la barrière de couleur

« Une grande ombre dressée s’est extirpée de l’impénétrable nuage de brume d’une nuit sombre sur Brooklyn, pour entrer sur l’arène de lumière, le ring de boxe. Elle est retournée en un court instant à ses ténèbres, à l’horizontale cette fois. Cette ombre, c’était le fantôme de la renommée d’Harry Wills, boxeur poids lourds, autrefois manutentionnaire noir, aujourd’hui rentier. » Time Magazine, 1927

Harry Wills, l’homme qui rentra dans l’histoire comme celui qui s’y arrêta au seuil, la faute à ce combat qui n’eut jamais lieu contre Jack Dempsey, champion du monde poids lourds durant les folles années vingt, et qui lui refusa cette « chance pour le titre » auquel le meilleur boxeur de sa génération aurait eu le droit, s’il n’était né noir et américain. Car après les tribulations de Jack Johnson, « l’homme le plus haï des Etats-Unis », la barrière de couleur s’est brutalement refermée sur tous les boxeurs noirs, inamovible pendant deux décennies. Harry Wills, celui qui aurait éventuellement pu être champion du monde. Wrong time, wrong race ! (suite…)

Publicités

Le 4 juillet 1910, Jack Johnson, alors champion du monde des lourds, descendait James Jeffries en 15 rounds à Reno, Nevada.

100 ans après, cet évènement reste le plus parfait exemple des tensions raciales qui secouaient l’Amérique ségrégationniste d’alors.

En pleine ségrégation, donc, se dressait l’imbattable Jack Johnson, défi incarné à la théorie de la suprématie de l’Homme blanc. Il avait conquis le titre d’homme le plus fort du monde en 1908, en battant le Canadien Tommy Burns.

(suite…)