Articles Tagués ‘Floyd Mayweather Jr’

Floyd, what else ?

Floyd Mayweather encore au sommet de son art

C’est une nuit de boxe qui rappelle les meilleurs moments de ce sport, ceux où la magie des combats réveillent nos instincts et excitent nos sens, où le courage et la détermination des boxeurs soulèvent nos cœurs, où la richesse du spectacle et le délire de la foule évoquent le plaisir intemporel des jeux romains.

Pour inaugurer les festivités, le bon vieux Carlos Quintana a posé ses « cojones » de portoricain sur le ring. Opposé à un jeune challenger, Deandre Latimore, Quintana a rappelé qui était le patron. Pendant 6 rounds, les deux gauchers ont livré un combat largement dominé par le latino qui s’était mis la pression tout seul en annonçant qu’il prendrait sa retraite en cas de défaite.

Il a décidé qu’il n’était pas encore l’heure de raccrocher les gants lorsqu’il lance un gauche ravageur sur la mâchoire de son adversaire. Latimore titube et s’écroule. La soirée commence bien pour les portoricains et Cotto goûte la victoire de son compadre depuis le deuxième rang des tribunes, accompagné de sa superbe femme. (suite…)

Et ce combat, c’est pour quand les gars ?

Manny Pacquiao et Floyd Mayweather sont les deux meilleurs boxeurs en activité. Coup de bol : ils boxent dans la même catégorie, celle des poids welters (147 lbs).

Pourtant, les réunir sur le ring pour se disputer le titre de meilleur boxeur du monde est une véritable gageure.

Loin des traditionnelles discussions sur la taille des gants, la nationalité des juges, le poids des combattants ou la répartition des gains, les négociations achoppent sur les tests antidopages réclamés par le boxeur américain.

(suite…)

Roux et Mexicain, c’est possible !

Il va falloir apprendre à connaître Saul « Canelo » Alvarez parce que vu son âge et ses ambitions, le boxeur mexicain devrait squatter les hautes sphères du noble art pendant un bout de temps.

A 19 ans, l’étrange rouquin entame déjà sa quatrième année en tant que professionnel : 33 combats, 32 victoires dont 24 par KO et 1 nul. Son dernier succès en date, face à José Miguel Cotto (TKO, 9e round), lors de la réunion du 1er mai où il profitait de la sur-médiatisation du combat Mayweather/Mosley, marque sa véritable entrée dans la course au titre mondial.

Sous le feu des projecteurs de Las Vegas, le nouveau protégé d’Oscar de la Hoya a posé un pied ferme et décidé dans la cour des grands.

(suite…)

Encore une fois, Pacman a fait taire les sceptiques, dont Cultureboxe (cf. Pas de panique, Manny Pacquiao ne gagnera pas les élections), en obtenant un siège de député avec près de 80% des suffrages, soit deux fois plus de voix que son rival.

En plus de son titre officieux de meilleur boxeur en activité, toutes catégories confondues, qui lui est seulement disputé par Floyd Mayweather, et de sa ceinture WBO des welters, Manny est désormais un « Congressman » du Nacionalista Party.

Les choses sérieuses ne font pourtant que commencer. Manny a un sacré programme à mettre en œuvre : aider ses concitoyens en construisant des écoles et des hôpitaux, offrir aux plus pauvres une tribune pour exprimer leurs souffrances et en finir avec la corruption… Rien que ça !

(suite…)

Samedi prochain, les fans de boxe seront au taquet : l’Américain Paul Williams – 28 ans, 38 victoires dont 27 KOs, 1 défaite – affronte le Portoricain Kermit Cintron – 30 ans, 32 victoires dont 28 KOs, 2 défaites, 1 nul – à Carson, Californie.

Or, quand « The Punisher » grimpe sur le ring, on peut être sûr que le spectacle sera au RDV !

« A freak of nature« 

Fréquemment qualifié de « freak of nature« , Williams est un boxeur atypique. Doté d’une ossature de super léger, il mesure plus d’1m85 et dispose d’une allonge supérieure à celle des Klitschko, champions du monde des lourds. Niveau poids, la bête est tout aussi étonnante : pouvant descendre jusqu’à 147 lbs, la limite de la catégorie des poids welters, celle de Pacquiao et de Mayweather, il combat régulièrement en poids moyens, à 154 pounds voire en super moyens à 160 lbs.

(suite…)

Il y a un moyen simple et économique d’apprécier à sa juste valeur un match du « Canelo » Alvarez : trouver sur le web les images de Televisa et savourer les commentaires hystériques des spécialistes mexicains.

Hier soir, « Canelo » n’a pas déçu, s’imposant par arrêt de l’arbitre au 9e round.

Tout avait pourtant mal commencé pour le teenager de Guadalajara. 1er round : coincé dans les cordes par son rugueux adversaire, il encaisse une pluie de coups et vacille dangereusement. C’est la panique chez les commentateurs de Televisa.

L’effet de surprise passé, « Canelo » reprend le contrôle et assomme méthodiquement un Jose Cotto de plus en plus fatigué. Mention spéciale du jury pour ses ébouriffants crochets du gauche au foie – « gancho al higado » – caractéristiques des plus grands boxeurs aztèques.

(suite…)