Articles Tagués ‘cinema’

I AM ALI

Publié: 18 septembre 2014 par CULTUREBOXE dans On aime ça
Tags:, , , , ,

 

So I was the Concorde of boxing. I was at higher altitude than the rest, moving faster than the rest. But you’ll just have to get used to flying on jets again. You can’t ride Concorde anymore.

danny-trejo

Né le 16 mai 1944 dans le quartier d’Echo Park à Los Angeles, Danny Trejo est réputé pour démarrer au quart de tour. La preuve, une enfance violente entre délits, shoots et deal de schnouf. En 1959, les portes du pénitencier s’ouvrent une première fois pour accueillir le petit malin qui a essayé de fourguer de la dope à un agent fédéral.

Danny commence son tour des taules de Californie. Pour tuer le temps, il boxe à l’ombre et décroche les titres de champion des légers et des welters de la prison de Saint Quentin, l’une des plus violentes du pays. (suite…)

fat-city

Lots of people have asked me about the title of my book. It’s part of Negro slang. When you say you want to go to Fat City, it means you want the good life. I got the idea for the title after seeing a photograph of a tenement in an exhibit in San Francisco. ‘Fat City’ was scrawled in chalk on a wall. The title is ironic: Fat City is a crazy goal no one is ever going to reach. Léonard Gardner auteur du roman et scénariste du film.

Fat City, c’est la grosse ville pleine de fric et de lumière. Un genre Las Vegas avec crédit illimité, la ville rêvée de ceux qui n’ont rien. « Je vivrai un jour à Fat city », promettent tous les mendiants des rues américaines. C’est le titre du film, choisi par dérision pour décrire la vie particulièrement sinistre de deux boxeurs minables. C’est pas le film le plus gai du monde, mais attention il y a du très rare, du précieux dans l’histoire. (suite…)

Victor Asloum Perez

Publié: 25 novembre 2013 par Nicolas Zeisler dans On se cultive
Tags:, , , ,

Victor Young Perez 

Une histoire de boxe. Un rond de sable, un grand frère qui passe son tour pour cause de menotte fragile, des parieurs déchainés et l’opportunité pour Victor « Young » Asloum Perez de montrer ce qu’il vaut gants aux poings.

Premier KO, première liasse de billets dont un pour Paris dans les bagages de Mr Joe, qui prendra en charge la carrière du jeune tunisien contre 20 % de ses gains.

Virées chez les dames, couchers de soleil camusiens et hommages à la mamma, « Young » Asloum brillait sous le soleil de Tunis. Du rire aux larmes. La capitale ne s’offre pas au premier venu. Les sparrings sont fourbes et les femmes vénales. (suite…)

Né le 26 février 1939 à New York, Chuck Wepner avait tout du poids lourd de seconde catégorie.

Représentant en spiritueux à la ville, il fait ses gammes dans d’obscures salles du New Jersey. Malgré une technique frustre, son nom à l’affiche est toujours synonyme de spectacle. Un dur au mal. A l’issue de sa carrière, il totalise 328 points de suture et le nez dix fois cassé.

Son surnom, « The Bayonne Bleeder » (le Saigneur de Bayonne), du nom de l’improbable banlieue où il promène son double mètre, résume bien le personnage. Journeyman parmi d’autres, tout bascule lorsque Don King lui propose d’affronter Mohamed Ali le 24 mars 1975 au Coliseum de Richfield, près de Cleveland.

Pour le promoteur, Chuck Wepner est le tocard idéal pour maintenir son champion, qui vient de battre George Foreman au Zaïre, en activité. Le challenger n’en a cure et s’empresse d’accepter le combat. Libéré par son employeur, il prépare avec application son rendez-vous avec l’histoire. (suite…)

Une émission de Sonia Devillers avec Rachid Djaïdani et Enoch Effah.

A écouter ici.

Clemente Russo est à l’écran le même que sur le ring : talentueux, insolent, déterminé. Des griffes de la mafia napolitaine aux Jeux Olympiques de Pékin, son histoire est atypique. Elle nous est racontée par Roberto Saviano, célèbre écrivain-anti mafia, et adaptée au cinéma en Italie.

« Tatanka », pour les nostalgiques de « Danse avec les loups », cela signifie « Bison » en Lakota Sioux.  Un clin d’œil au tatouage qu’arbore le transalpin sur son flanc et à son style très offensif sur le ring. Dans le rôle principal, inspiré de sa vie, Clemente Russo  livre une performance remarquée. Car si d’innombrables acteurs se sont intronisés boxeurs au grand écran, rares sont les pugilistes à avoir osé l’expérience inverse…

Lire la suite sur le Ring & la Plume.