Les jeunes ne veulent plus prendre de coups: l’agonie de la boxe

Publié: 18 novembre 2012 par CULTUREBOXE dans On se cultive
Tags:, , , , ,

Carlos Monzon envoie Nino Benvenuti au tapis

Les jeunes ne veulent plus prendre de coups : l’agonie de la boxe.

Publié par Jean Cau le 17 mars 1978 dans Paris-Match n° 1503.

J’en parlerai au passé, déjà. Vous comprenez que c’était trop beau, c’était trop noble, c’était trop difficile, c’était trop dur, c’était trop viril et trop éternel pour que ça dure. La boxe, je dis son nom à son chevet, sous les injures, et je la chante. Et ça n’est pas parce que l’on me fera la morale – je veux dire une morale, celle qui est à la mode, bien sûr, et qui n’est pas précisément la mienne – qu’on me fera taire ou qu’on me donnera regret de l’avoir aimée, la boxe. Ca faisait trop rêver les mômes dans les rues et les terrains vagues ; ça faisait trop hurler les hommes et crier les femmes, dans les stades ou les salles ; ça faisait trop couler d’or et de sang et ça n’était pas juste que le plus fort gagne. Et le plus courageux. Et ça n’était pas bien que des adolescents blêmes, les joues creuses mais la taille fine, mais le ventre plat et les muscles secs, aillent après le turbin enfiler des gants et se casquer de cuir pour apprendre à se châtaigner selon les règles, sur le ring pisseux d’une salle crasseuse. Et rêver, rêver, rêver de gloire. Et rêver d’être des punchers, des stylistes, des encaisseurs, des combattants, des champions d’une banlieue, d’une France et du monde bien sûr. Et rêver d’être des hommes, ô bonheur, oh oui des hommes ! (…) Ca irait de Milon de Crotone à cette grande gueule de Cassius Clay, en passant par Jack Broughton, héros national, qui a son tombeau à Westminster et par John Sullivan et Gentleman Jim qui furent les deux premiers boxeurs à s’affronter les mains gantées. Et j’ai évidemment rencontré Monzon. El Macho. Adieu Yankee Stadium, Vel d’Hiv, Madison Square Garden, Concert Pacra, Salle Wagram, adieu Sportspalast et Haringay Arena, adieu, adios, so long, c’est terminé. C’est râpé. A bas « le sport qui tue ». Vive la bagnole payée par traites et qui allonge sa centaine de cadavres, chaque semaine, sur la route du week-end. Vive le H et le brownsugar dans les lycées. Hurrah pour les massacres du samedi soir, à coups de couteaux et de chaînes de moto. Vive le record mondial de criminalité, en Suède. A propos, ils ont évidemment interdit les combats professionnels de boxe, en Suède, depuis huit ans. On a le droit de se battre, mais en amateur, avec un casque et des gants gros comme des citrouilles. Il paraît, dit le rapporteur, devant le Parlement, que « la sécurité y gagne ce que l’esthétique y perd ». Mais si l’esthétique y perd, il reste quoi, hé, patate ? Comment expliquer ça à un Suédois ? Pas possible. On s’aime, on est égaux, on est socialiste à fond, en Suède, et on se suicide à la chaîne, par milliers. Encore un record du monde. Mais la boxe, quelle horreur ! Le peuple adore ça ? Il a tort. C’est son bas instinct qui parle. Il faut l’éduquer. Il faut lui apprendre, à travers calme et suicide, la douceur démocrate de la vie (…). La boxe tue. Pas le pastis. Et que nos seuls combats, citoyens, soient électoraux ! (…). De la boxe, on ne gardera que le vocabulaire (…). Pas une goutte de sang sur l’écran de télé. L’enjeu ? Bof, presque rien : la France. Et les boxeurs électoraux, oseriez-vous soupçonner qu’un sur six a « quelque chose » au cerveau ? C’est que vous êtes d’une méchanceté rare. (…) Que cette société, énervée de conforts et de mollesse, déchaîne aujourd’hui ses violences de rues contre des innocents désarmés et, demain, « réforme » la boxe jusqu’à la liquider, c’est fatal. Il y avait, au monde, deux spectacles dont la beauté et le sens profond comblaient mon coeur et inclinaient mon esprit à la révérence : la boxe et la tauromachie. (…) Pour qui sonnent les clairons de mise à mort ? Pour qui sonne le gong ? Pour un monde.

Les jeunes ne veulent plus prendre de coups : l’agonie de la boxe.

Publié par Jean Cau le 17 mars 1978 dans Paris-Match n° 1503.

Publicités
commentaires
  1. VB dit :

    Ici le MMA a remplace la boxe, l’octogone et le grillage le ring et les cordes. C’est la noblesse des regles qui font de la brute un artiste, d’un simple spectacle un sacrifice, des regles que l’on doit respecter malgre la douleur, malgre l’envie rageuse d’en finir d’un coup sous la ceinture, c’est la noblesse des regles qui a disparu, ne laissant debout que des abattoirs pour les taureaux, pour les hommes, pour etancher nos desirs de violence, de sueur, et de sang. (Depuis Los Angeles)

  2. Anonyme dit :

    C’est vrai.

  3. Clet dit :

    Super article, BRAVO

  4. HAMON Francis dit :

    Jean CAU nous décrit fort bien un phénomène de société, qui est lamentable, car la boxe mérite mieux que l’abandon dont elle est l’objet de la part de nos chers dirigeants. Mais le problème est très, très profond, et si l’on y retrouve une forme de sensiblerie, un manque de dynamisme, on ne doit pas oublier les ravages physiques subis par certains boxeurs (voir les poids moyens des années 55/70), et l’appât du gain ainsi que les magouilles de certains managers. Sans parler des combats ineptes organisés à moindres frais avec les boxeurs de l’Est (frères KLITSCHKO exclus).
    Alors, une remise en route grâce à la boxe éducative ? Jean-Claude BOUTTIER a tenté bien des choses, mais cela n’a pas enrayé le déclin de notre sport. L’Allemagne est-elle un exemple ? pour le moment, ça semble marcher, même si l’on est certain de perdre chez eux, à moins de gagner par KO.
    Sans vouloir être trop pessimiste, on n’est pas prêts de voir le bout du tunnel, mais pourquoi ne pas se serrer les coudes, former des associations de mordus qui pourraient se faire entendre, sans toutefois casser la g…. aux journaleux et aux politiques ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s