Nouvelle Orleans, 25 novembre 1980. Leonard vs. Duran II

Publié: 26 juillet 2010 par Nicolas Zeisler dans Old school
Tags:, , , , ,

A la fin des 70’s, le monde de la boxe assiste au déclin du champion du siècle, Muhammad Ali, symboliquement exécuté par son ancien partenaire d’entraînement, Larry Holmes en 1980.

Les 80’s commencent et les 4 fantastiques (Leonard, Duran, Hagler et Hearns) s’apprêtent à enchanter la décennie avec une invraisemblable série de combats.

Une revanche bien préparée

Le 20 juin 1980, Roberto Duran remporte le titre de champion du monde des welters aux dépens de Sugar Ray Leonard, défait pour la première fois de sa carrière.

L’échec est cuisant pour Sugar Ray. Il sait qu’il a payé son entêtement à rester à portée du panaméen. Il est persuadé qu’avec une bonne stratégie il peut battre Duran et entend le prouver le plus rapidement possible.

Pendant ce temps-là, Duran fête sa victoire en écumant les bars jusqu’au bout de la nuit et grossit à vue d’œil.

Opportunistes, les promoteurs de Sugar Ray, resté en parfaite condition, concluent la revanche en prévoyant un délai de préparation particulièrement court. Pour refaire le poids, Duran doit s’astreindre à de rudes sacrifices.

Nouvelle Orléans, 25 novembre 1980. Leonard vs. Duran II

Lorsque les deux boxeurs montent sur le ring, Duran a un plan bête comme chou : faire à nouveau parler sa puissance.

Mais les choses ont bien changées depuis Montréal. Cette fois, Sugar Ray bouge, danse, contre et pique. Les bombes de Manos de piedra ne trouvent que le vide. Sugar Ray maîtrise parfaitement l’espace du ring et en fait juste assez pour mener aux points. Duran s’agace de ne pouvoir échanger les parpaings avec son adversaire.

Tout bascule au 7e. Leonard, les mains basses, offre son visage à Duran pour esquiver ses coups au dernier moment. Une, deux, trois, quatre, cinq fois Duran frappe dans le vide et reçoit un contre en plein visage. En confiance, Sugar Ray mouline d’un bras puis frappe Duran de l’autre. Le panaméen encaisse, furieux.

A l’appel du 8e, Duran, certes un peu en retard au pointage des juges, est surtout atteint psychologiquement. Au milieu du round, à la surprise générale, il lève un bras, se retourne vers son coin et prononce son célèbre : « No mas !« , terrible aveu d’impuissance.

Sugar Ray Leonard peut lever les bras au ciel : il a retrouvé son titre de champion du monde des welters !

[déjà publié] Leonard vs. Duran I

[à venir] Leonard vs. Hearns

nicolas@zeisler.fr

Publicités
commentaires
  1. Firer Thibault dit :

    Parait-il que pour cette revanche, Duran avait eu un mal de chien à faire le poids. Il avait donc pris des tonnes de coupe-faims pour maigrir et est arrivé très très affaibli sur le ring, avec le ventre en vrac notamment…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s