L’horrible fin d’Edwin Valero

Publié: 26 avril 2010 par Nicolas Zeisler dans C'est notre pote
Tags:, , , , , , , , ,

Il y a 48h on apprenait l’arrestation du champion vénézuélien, Edwin Valero, pour le meurtre de sa femme, Jennifer Carolina Viera et à peine 24h après,  son suicide, en prison.

(…)

La boxe n’a jamais manqué de criminels. Que de talents gâchés à cause de leur inhabilité à respecter les règles les plus élémentaires de la vie en société ! L’histoire d’Edwin Valero en est la tragique illustration.

Cette histoire n’est même pas un mauvais coup de pub pour la boxe. Elle n’a rien à voir avec la boxe. Peu importe que Valero ait été un boxeur de classe mondiale. D’ailleurs, ce statut n’aurait jamais dû être pris en compte, notamment dans cette affaire, l’année dernière, qui vit Valero  accusé d’avoir violenté sa mère et sa soeur. Personne n’osa témoigner contre lui et, en février, Valero faisait ses débuts télévisés sur Showtime, démontrant, au cours du meilleur combat de sa carrière, l’étendue de ses talents au public américain.

Même chose quand, il y a quelques semaines, on apprenait qu’il avait violemment battu sa femme : poumon défoncé, traces de morsures et autres blessures. Une « chute dans les escaliers » selon la victime. Le couple avait alors reçu l’ordre de suivre une thérapie et Valero était sur le point de partir à Cuba suivre une cure pour lutter contre son addiction à l’alcool.

C’était déjà effrayant d’y penser à l’époque mais si rien ne changeait, et apparemment personne n’y était disposé, toute cette histoire ne pouvait que très mal finir. Alors que toutes les personnes concernées, ainsi que les autorités, si promptes à relâcher Valero, faisaient tout pour diminuer la portée des évènements, ceux-ci persistaient, bien réels : c’était Valero. On ne pouvait pas ignorer les faits et simplement croiser les doigts pour qu’il revienne à la raison. La tragédie prenait à chaque fois un peu plus d’ampleur.

« Une personne très violente »

Il n’a jamais atterri à Cuba pour commencer sa cure.  Il a raté son vol et crashé sa voiture. Encore une fois, il est ressorti libre. Avec le meurtre de sa femme et son propre suicide, la vie d’Edwin Valero devient chaque jour un peu plus claire, et il  reste certainement beaucoup de choses à découvrir. Ses proches le décrivent comme « une personne très violente » qui a terrifié la famille de sa femme pendant des années. Jouissant du soutien des autorités vénézuéliennes, Valero, chaviste convaincu, était intouchable dans son pays natal. Ces relations, ajoutées à une réputation de héros national, le mettaient à l’abri des punitions que ses frasques méritaient.

L’oncle de sa femme, Evelio Finol, accuse l’Etat vénézuélien et affirme que Valero droguait sa femme depuis des années. Source BoxingScene.com :

«[Nous n’avons jamais rien dit car] nous étions menacés de mort. Nous sommes responsables de ce qui est arrivé, mais les autorités et Hugo Chavez le sont aussi. Valero, en tant qu’athlète, jouissait d’un traitement particulier : ils sont donc, eux aussi, responsables. »

« La mort de Jennifer ne doit pas rester impunie. S’il avait été envoyé en hôpital psychiatrique, ils auraient dit qu’il n’était pas fou. Il maintenait Jennifer droguée depuis janvier, à Caracas. Il la forçait à prendre de la drogue, sans quoi il les auraient tués, elle, ses enfants et sa mère. Durant leurs dix ans de mariage, elle a toujours été menacée de mort. »

Dans le même article, la mère de Valero déclare que son fils abusait de l’alcool et des drogues depuis plus de dix ans et que le système l’avait lâché. Le système n’a pas lâché que Valero.

« Yeux de fous »

Boxistiquement parlant, le style de Valero était exceptionnellement violent. Plus d’une fois, les fans et les médias ont parlé de ses « yeux de fou ». Sur certaines photos, on aurait dit un méchant de cinéma. Valero était un boxeur doté d’une puissance étonnante qui paraissait remonter de ses tréfonds les plus intimes.

Par nature la boxe est un sport violent. Selon Kieran Mulvaney d’ESPN, beaucoup de boxeurs montrent une énorme rage sur le ring. Valero était de ceux qui ne pouvaient la circonscrire au ring. Il l’emmenait partout avec lui.

Il ne fait plus aucun doute que ce comportement n’a pas soudainement vu le jour l’année dernière. Pendant toute sa carrière pro, Valero a apparemment été cet homme dangereux, violent et souffrant – ce qui n’a pas aidé – de problèmes liés à l’alcool et à la drogue.

(…)

Désormais deux jeunes enfants doivent faire leur vie sans leurs parents morts, leur père s’étant suicidé après avoir tué leur mère. Pour eux, tout s’est écroulé. J’ai du mal à les imaginer, adultes – encore moins enfants -, cherchant un sens à tout cela.

C’est triste qu’on en soit arrivé là. Il y a beaucoup de gens qui vont devoir vivre avec ça, en se demandant s’ils auraient pu empêcher que cela prenne de telles proportions. (…)

Bad Left Hook (et Cultureboxe, NDLR) envoie ses plus sincères condoléances à tous ceux qui ont connu et aimé Jenifer Carolina Viera, tout particulièrement ses deux enfants. Puissiez vous trouver la paix.

Scott Christ, traduction Cultureboxe (merci à l’auteur pour son aimable autorisation).

Pour l’article complet sur le site de BAD LEFT HOOK, cliquez ici.

nicolas@zeisler.fr

Publicités
commentaires
  1. Blanc dit :

    Oh ! – Je ne savais pas qu’ils avaient deux petits marmots c’est vraiment terrible!!!

  2. BENICOURT dit :

    Cet homme trop violent et qui ne parvenait pas à se contrôler s’est donné la mort. On ne se tue pas si l’on est pas totalement désespéré. Quelqu’un a écrit « Cet homme était terrible parce qu’il était aussi terriblement malheureux. » Ne le jugez pas trop vite sans connaître son parcours, sa vie et son passé. Un journaliste a dit de Roberto Duran après l’avoir vu combattre « quel passé a pu engendrer une telle machine à détruire? », eh bien celui d’un gosse des bidons villes qui gagnait sa vie à 11 ans en combattant dans la rue. Edwin Valéro est parti avec son lourd fardot et sa tragédie personnelle, qu’il repose en paix s’il la trouve. L’horreur de cette situation est que ces hommes là entraînent toujours dans leur déscente aux enfers ceux qui leur sont les plus proches, et leur brisent l’existence presque malgré eux, sans pouvoir s’arrêter. En cela ils ne sont pas excusables mais c’est ainsi et rares sont ceux qui leur barrent la route, la preuve. Ces 2 enfants qui vivent désormais parmi les ruines familliales sont face à une épreuve terrible. Je leur souhaite bon courage ainsi qu’à la famille de leur maman.

  3. pretty post nice day to unniversey mey thank

  4. Anonyme dit :

    Beauté , horreur et tragédie …

    tel aura été La vie d4 Edwin valéro.
    quand je découvrais (tardivement)ce grand champion, déjà j’apprenais, abasourdi les circonstances de sa mort terrible …Véritable gâchis de la vie d’un homme devenu effroyable et tyrannique pour lui même, et ses proches.

    Trop de souffrance en lui et pourtant , moi , en le revoyant encore boxer aujourd’hui… Je ne peux m’empêcher de le trouver beau,de l’admirer et je reste persuadé qu’entre les 4 cordes du ring , lui , il aura su côtoyer les étoiles…

    Pathétique … et grandiose.
    Mais la vie est là, encore ! et malgré la tragédie ,malgré les épreuves futures ,ces deux enfants « du drame  » ont aussi le droit qu’on puisse leur envisager le meilleur des avenirs !…
    tout leur est à eux encore possible !tout encore est entre leurs mains!
    qu’ils façonnent donc leur vie comme un boxeur façonne une carrière pugilistique.
    il faut se battre et ne jamais se résigner, ne jamais accepter le rôle qu’on voudrait bien nous voir jouer. D’une faiblesse , savoir faire une force .
    La vie encore est là .

    Tout est possible … même et surtout le meilleur .

  5. Anonyme dit :

    Beauté , horreur et tragédie …

    tel aura été La vie d’ Edwin valéro.
    quand je découvrais (tardivement)ce grand champion, déjà j’apprenais, abasourdi les circonstances
    de sa mort terrible …Véritable gâchis de la vie d’un homme devenu effroyable et tyrannique pour lui même, et ses proches.

    Trop de souffrance en lui et pourtant , moi , en le revoyant encore boxer aujourd’hui… Je ne peux m’empêcher de le trouver beau,de l’admirer et je reste persuadé qu’entre les 4 cordes du ring , lui , il aura su côtoyer les étoiles…

    Pathétique … et grandiose.
    Mais la vie est là, encore ! et malgré la tragédie ,malgré les épreuves futures ,ces deux enfants « du drame  » ont aussi le droit qu’on puisse leur envisager le meilleur des avenirs !…
    tout leur est à eux encore possible !tout encore est entre leurs mains!
    qu’ils façonnent donc leur vie comme un boxeur façonne une carrière pugilistique.
    il faut se battre et ne jamais se résigner, ne jamais accepter le rôle qu’on voudrait bien nous voir jouer. D’une faiblesse , savoir faire une force .
    La vie encore est là .

    Tout est possible … même et surtout le meilleur .

    Miguel le Bacon
    PS-mon message présent reposté car je déteste par dessus tout les commentaires dit « anonymes », désoler .)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s