Sus au mythe du boxeur mangeur d’enfants

Publié: 17 février 2010 par Nicolas Zeisler dans On se cultive
Tags:, , , ,

J’ai, comme beaucoup, longtemps cru au mythe du boxeur enragé ; cette image d’Epinal naturellement associée à la violence déployée par les pugilistes sur le quadrilatère. Vous ne serez pas surpris d’apprendre que Mike Tyson en est la caricature la plus aboutie, tant par ses frasques extra-sportives que par la façon dont il anéantissait moralement et physiquement ses rivaux.

Malgré tout, c’est ce même « Iron Mike » qui m’a donné la clé pour me délivrer du préjugé. Comme un écho au « all is entertainment » du mythique Jake la Motta, il confiait ainsi, interviewé après sa défaite contre Lennox Lewis le 8 juin 2002 :

« Nous, boxeurs, sommes tous amis, nous nous respectons mais nous sommes des mercenaires »


Des mercenaires qui « vendent » ou font vendre en nous servant toujours la même ritournelle de l’affrontement du Bien et du Mal. Or, comme souvent c’est le « bad boy » qui marque les esprits, renforçant encore un peu plus l’image du boxeur asocial mangeur d’enfants.

Pourtant, je suis persuadé qu’il n’est rien de plus efficace qu’un boxeur heureux. Point de parasites, simplement un homme satisfait de faire ce qu’il fait. C’est le jeune Tyson, celui de Cus d’Amato…

nicolas@zeisler.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s